« Vaccination » anti-covid : mais jusqu’où iront-ils ?

Santé

mise à jour le 22/08/21

Mouton vacciné

Depuis le 27 décembre de 2020 jusqu’au 15 août 2021, 31,02 % des Français n’ont reçu aucune dose et 41,64 % une seule dose. L‘objectif du gouvernement étant d’atteindre 75 % d’adultes primo-vaccinés fin août, il en manque 33 %. 

La ministre chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a demandé aux préfets et directeurs généraux d’ARS d’accélérer la campagne de vaccination. Objectif : vacciner 100 % des demandeurs d’asile et de réfugiés précaires d’ici fin août. Une façon de résoudre le problème migratoire ou de tenir les prévisions ? Il reste pour la rentrée les enfants et les bébés. Quant aux ados, une fois le chantage aux voyages éloigné par la fin des vacances, il ne faut plus compter sur leur citoyenneté…

 

La pédagogie a ses limites

 

Dans la nuit du 18 au 19 mai à Nyons dans la Drôme, le feu a pris dans la salle d’attente du centre de vaccination.

Dans la nuit du 8 au 9 juin, le vaccinodrome de Gap a pris feu.

Le 14 juillet devant une pharmacie du Haut-Rhin, la tente qui abritait le centre des tests PCR a été brûlée.

Dans la nuit du 16 au 17 juillet, à Lans-en-Vercors en Isère, un centre de vaccination a été vandalisé et tagué. Des inscriptions («ARN = OGM », « mort », « vaccin nouveau génocide », « assassin », « 1940 », croix de Lorraine) ont été retrouvées sur les murs.

Le 18 juillet au centre de vaccination d’Urrugne, dans les Pyrénées-Atlantiques, un feu a été déclenché à cinq endroits différents autour du chapiteau, et des tracts contenant des extraits de l’hymne national ont été retrouvés à côté.

Le 18 juillet, la ligne d’alimentation électrique du centre de vaccination installé dans la mairie d’Audincourt, dans le Doubs, a été coupée et le groupe électrogène chargé de prendre le relais en cas de panne a été éteint depuis l’extérieur du bâtiment.

Le 19 juillet, à Saint-Paul-lès-Dax, ont été découvertes des croix gammées dessinées sur le centre de vaccination.

Le 21 juillet,  la banderole du centre de vaccination de Colombier-Saugnieu a fait l’objet d’une tentative d’incendie.

Le 22 juillet, le barnum du centre de vaccination de Neuillé-Pont-Pierre a été vandalisé.

Le 27 juillet, trois ordinateurs portables et huit doses de vaccin Pfizer ont été dérobés dans le centre de vaccination de la Croix-Rouge à Limeil-Brévannes, dans le Val-de-Marne. 

Le 28 juillet à Vendôme (Loir-et-Cher), le mot « génocide » a été peint sur le sol, devant le centre de vaccination.

Le 31 juillet, deux ordinateurs utilisés pour la transmission des données de vaccination ont été volés au centre de Valognes, dans la Manche.

Le 2 août à Fort de France (Martinique), un vaccinodrome a été incendié.

Le 4 août, à Morhange, en Moselle, le cabanon préfabriqué qui abritait un centre de dépistage PCR a été incendié.

Dans la nuit du 5 au 6 août, à Toulouse, les locaux de l’Ordre des infirmiers ont été vandalisés. Une vitrine a été endommagée et des messages inscrits sur les murs tels que « Non au pass » et « Vive la grève ». 

Le 6 août, à La Réunion, deux barnums qui servaient de centre de vaccination ont été incendiés dans la ville de La Possession.

Dans la nuit du 16 au 17 août à Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne), près de Toulouse, un centre de vaccination contre le Covid-19 a été vandalisé et 500 doses ont été détruites.

A suivre

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !