« Appel à témoins » : Anaïs, gestionnaire de copropriété, refuse la vaccination

Santé

mise à jour le 22/08/21

Anaïs

A son retour de vacances, Anaïs apprend qu’à la prochaine assemblée générale des copropriétaires, elle devra être vaccinée et contrôler les Pass sanitaires. Une intrusion dans sa vie privée et celle de ses clients, qu’elle refuse. Ni testée — il n’y aurait pas de « cas » sans tests, remarque-t-elle — ni vaccinée, elle envisage de changer d’employeur et même de pays. Elle n’a pas peur de répondre non au chantage social tout comme à la pression familiale, car elle veut que sa fille ait une enfance heureuse, comme la sienne. 

 

Pour éviter que certains copropriétaires ne puissent pas faire entendre leur voix lors de l’assemblée générale de leur copropriété, Emmanuelle Wargon, ministre chargée du logement, souligne que le fait d’exiger un Pass sanitaire là où il n’est pas prévu est sanctionnable. La peine encourue est d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende. Voir courrier du ministère à droite.

partage cet article !